AUX ORIGINES DU COUPLE-L’évolution du lien homme-femme.

Le mot couple est issu du latin « copula » qui désigne toutes sortes d’unions de cœur, entre un groupe de deux individus amis ou amoureux.

Durant des millénaires, le mariage demeure le point de départ du couple, et dans la plupart des cultures, l’instauration du couple par le mariage est une nécessité sociale et familiale.

Aujourd’hui, le mariage n’est plus la condition sine qua non pour désigner un couple. Se marier est devenu l’aboutissement de ce dernier : c’est une façon d’officialiser son couple et de l’inscrire dans la durée.

Couples hétéros ou homos, chastes ou partisans du papillonnage sexuel, couples non cohabitant ou partageant le même foyer, mariés, pacsés… tous les modèles sont possibles et chacun a sa propre représentation du couple amoureux.

L’HOMME ET LA FEMME – De l’antiquité à la tradition religieuse

En se limitant aux traditions qui ont plus ou moins influencé nos cultures, le couple est soit envisagé comme originel, soit comme processus de changement d’un état primitif durant lequel l’homme était seul. L’apparition de la femme est tantôt un repos, tantôt le mal absolu pour lui.

D’après les mythologies occidentales, la création de l’homme et de la femme est bien distincte.

Dans la tradition gréco-romaine Prométhée façonne l’homme dans la glaise et lui donne le feu, ce qui attise la colère de Zeus, celui-ci créé alors la femme censée apporter tous les maux a l’hommes, et l’empêcher de vivre dans le bonheur.

L’Edda germanique nous enseigne que l’homme (Ask) et la femme (Embla) furent façonnés à partir de troncs d’arbre par Odin et ses frères. Lesquels leurs insufflèrent le souffle, l’intelligence et le mouvement.

La vie commune est inscrite dans nos sociétés depuis l’époque biblique, et fonde la norme en matière de couple.

À travers la Bible et le Coran, le monothéisme nous  apprend que la femme, Ève, fut tirée de la cote d’Adam.

Selon la Bible, l’homme abandonnera désormais son père et sa mère pour vivre avec sa compagne et constituer avec elle « une seule chair ». Le Coran y ajoute la dimension fonctionnelle du couple, où l’homme y trouve le repos et dans lequel Dieu établit l’amour et la bonté.

DE LA RENAISSANCE À LA FIN DU PATRIARCAT

À l’époque de la Renaissance, le couple organise les alliances familiales. C’est le couple basé sur la tradition chrétienne dont le socle est la chasteté ainsi que les relations sexuelles vouées à la procréation.

Au XVIIe siècle, le mariage entre familles est remit en cause. L’exigence du libre choix du conjoint apparaît.

La révolution française fût le plus grand bouleversement doctrinal du monde occidentale. Pour plus de liberté, il fallait abattre le pouvoir politique du souverain et saper les fondements religieux.

Les hommes, loin de se douter de l’impact de ces revendications sur les fondements même de la puissance paternelle,  entendaient abattre le patriarcat politique et non le patriarcat familial.

Or, en coupant la tête au roi, père du peuple, les révolutionnaires coupèrent « inconsciemment » la tête au père de famille.

Désormais, la soumission au père laisse place au sentiment de respect père/fils. Le lien social devient le modèle de lien dans la famille : Liberté, Égalité, Fraternité.

Le mariage religieux devient mariage contrat, et le divorce par consentement mutuel est inventé.

DE LA FIN DU PATRIARCAT AU MARIAGE POUR TOUS

Avec l’apparition de l’égalité homme-femme, de la contraception, d’enfants issus de parents célibataires, ainsi que de la constante augmentation des divorces, ont voit s’installer dans la société un phénomène brutal : l’absence du père. Non sans effet négatif sur les individus.

En effet, en 1970, on abolit « l’autorité paternelle » au profit de « l’autorité parentale », le père n’existe qu’a la condition qu’il soit marié avec la mère. Ce qui clôt le patriarcat.

Par ailleurs, depuis 2003 les femmes ne sont plus obligées de porter le nom de leur mari. Elles n’appartiennent plus à un « nouveau père » et ne sentent plus l’objet de l’autre, les femmes sont devenues libres de se marier ou non.

Jusqu’à présent la condition principale du mariage était la différence des sexes. En 2013, la vie privée entre un couple de même sexe, quelque soit leur orientation sexuelle est possible. Avec le mariage pour tous, la loi s’est définitivement extraite du système de la culture chrétienne.

MAIS QU’EST-CE QU’UN COUPLE AU XXIe SIÈCLE?

Depuis Adam et Ève, le couple n’a cessé d’évolué et s’étend aujourd’hui aux liens qui unissent deux amants, mariés, pacsés ou en union libre… on assiste à une multitude de modèles de couple, bien loin du couple  traditionnel régit par les liens sacrés du mariage.

La plus petite institution du monde est le résultat de ce que Durkheim définit comme un groupe d’individus qui partage les mêmes valeurs et ont des buts communs.

« C’est l’histoire d’une rencontre qui dure entre deux personnes qui ne trouvent pas de raisons suffisantes pour se séparer. » R. Neuburger